0
Enseignements
Quatre vertus pour les hommes confinés
Quatre vertus pour les hommes confinés
© Lightfield studios - Shutterstock

| Aletéïa / Arnaud Bouthéon

Quatre vertus pour les hommes confinés

https://fr.aleteia.org/2020/03/18/quatre-vertus-pour-les-hommes-confines/

Sous le regard du bon Saint Joseph, cette période inédite est une occasion pour tous les hommes d’assumer un bon moment de décélération imposé par les évènements. Le carême est un temps de purification et d’exode … nous n’en attendions pas tant. 

Comme disent les entraîneurs quand le jeu s’accélère, il s’agit d’une occasion de revenir à des fon-da-men-taux. Nous pouvons donner plus d’épaisseur au temps et à l’espace, cela passe par davantage d’intériorité et de densité dans nos relations aux autres. C’est ainsi l’occasion de partager avec des frères dans la foi, que j’espère … aussi déboussolés que moi. 

Contaminés ou non, ils partagent les mêmes symptômes : des fourmis dans les jambes et dans les doigts, devant toutes sortes d’écrans, des envies de grands espaces, de plans ciné et de soirs de matchs, de bière et de fraternité. Et même des envies d’assemblées ferventes de pèlerins, marchant épaules contre épaules, et offrant au Seigneur, par l’intercession du bon Saint Joseph nos soucis et nos espoirs.

L’agenda est tout autre, et les temps nous sont plutôt donnés pour méditer, vivre et découvrir quatre vertus qui peuvent inspirer nos longues journées dans les lsemaines à venir. 

La charité : le Christ est présent dans le plus pauvres et les pauvres sont nos maîtres, disait Saint Vincent de Paul. En nous protégeant comme si nous étions contaminés, cette épidémie est l’occasion de nous décentrer, en prenant soin des plus vulnérables autour de nous : nos familles, notre voisinage, en appelant ou aidant ces personnes dans le besoin. Ces prochains seront certainement aussi mes doux adolescents, que je prendrai le temps de rejoindre, de comprendre, d’aimer et de bénir. Car « à force d’être proche de ce qui est loin, on devient loin de ce qui est proche », enseignait le paysan philosophe, Gustave Thibon.

Concrètement, je prends soin de ma famille mais au-delà, si je connais cinq personnes vulnérables, isolées ou âgées, dans ma paroisse, mon immeuble, au boulot : je m’engage à les appeler tous les deux jours pour avoir des nouvelles. Nous parlerons de tout et de rien, et j’oserai lui dire simplement que je prie pour elle. Je garde le contact et prends des nouvelles de façon gratuite et désintéressée.  Si je le sens, je peux proposer très spontanément à cette personne qu’en raison de ma foi catholique, je l’inclue dans mes prières et mes petites dévotions (en mode autodérision). Je témoigne de notre espérance car l’Église en a vu d’autres…enfin presque. 

L’unité : toutes nos interactions humaines pourront essayer d’être davantage guidées par une quête de communion et de paix et non comme souvent, de prédation ou d’instrumentalisation, souvent motivés par l’égoïsme, la peur ou la panique. Dans le confinement, il y aura des tensions, des exaspérations … Soyons des artisans de paix. En tant que pères, soyons des rocs et des serviteurs, apportant la sérénité à notre entourage. Évitons la surinformation digitale, la sur-agitation et les tentations complotistes ou conspirationnistes, source d’anxiété et surtout d’aigreur.

La fraternité : elle se manifeste par les liens spirituels de la prière, par les appels mais aussi ces liens virtuels rendus possibles par les réseaux sociaux. Activons nos groupes WhatsApp mais avec modération. Usons de l’humour, ce condensé d’humilité et d’amour, qui permet de prendre avec tendresse de la distance face aux évènements. 

Enfin, restons liés à nos prêtres et apportons-leur notre affection. En raison de la suspension des cérémonies, la fécondité sacramentelle de leur consécration au Seigneur, par les paroles « Ceci est mon Corps » et « Je te pardonne », prend une nouvelle tournure. Nous découvrons avec force la puissance de la communion spirituelle, qui nous éclaire sur notre vie de foi et nos postures passées de consommateurs de sacrements tièdes et habitués… 

Le patriotisme et le bien commun. 

Notre pays est en souffrance et de nombreuses victimes seront à déplorer, avec de douloureux dilemmes éthiques similaires à ceux de la médecine de guerre. Prions pour que des générations de saints se lèvent et des conversions interviennent dans les cœurs.

Le catholique peut être un amortisseur de crise, l’homme vers qui on se tourne, qui rassure, qui console, qui attire vers Jésus. Déjà, de nombreux chrétiens sont actifs sur le front de la solidarité, par une charité inventive et concrète.

Pendant la première guerre mondiale, l’exemplarité et le dévouement des aumôniers militaires a conduit, à l’issue du conflit, à une attractivité du catholicisme en raison du témoignage vivant de toutes ces vies données.

Bien évidemment, la prière sera notre respiration, elle est la « clé du matin et le verrou du soir » disait Gandhi. 

Cette crise est une opportunité missionnaire pour nous enraciner dans la foi par la prière, nous décentrer et nous tourner vers notre prochain, dans la force, la délicatesse et la joie. C’est déjà un combat. Il sera mené avec le Seigneur et par Sa grâce. 

La Providence nous place ainsi au cœur de nos missions de disciples missionnaires, tendus vers la joie de Pâques. En avant.

Arnaud Bouthéon

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

| | Connexion | Inscription