0
Edition 2021
Mgr Ph. Marsset - La chasteté et Saint Joseph
Mgr Ph. Marsset - La chasteté et Saint Joseph

| Mgr Philippe Marsset

Mgr Ph. Marsset - La chasteté et Saint Joseph

Enseignement adressé aux pèlerins de la MdSJ, le 20 mars 2021

La CHASTETE 

et 

Saint JOSEPH

 

Pourquoi dit-on de st Joseph qu’il est chaste ? 

Continent, abstinent oui, dans sa vie à Nazareth auprès de Marie. Mais chaste aussi, dans le sens qu’il a tenu sa juste place dans sa vie d’époux et de père. Je distingue les 2 pour ne pas réduire la chasteté au seul domaine d’une saine expression de la vie sexuelle. Ce que je voudrais développer c’est la puissance de cette vertu de chasteté dans toute la vie de St Joseph (pour ce qu’on en connait) et son sens pour vous, pères de famille d’aujourd’hui qui n’êtes ni vierges, ni père adoptif du Fils de Dieu. Vous allez prononcer un acte de consécration au « cœur très chaste de St Joseph » et je voudrais relier ces 2 réalités

La chasteté est l’un des plus beaux mots pour définir notre vocation humaine, pour tous : chrétiens et non chrétiens. Cette vertu est une vertu morale (et non d’abord spirituelle ou religieuse). La chasteté est une vertu laïque, profane. Elle dispose au bien dans le domaine de la vie relationnelle, sexuelle et familiale. C’est une « juste pudeur », c’est une « saine distance » dans son mode de paroles, de gestes et de regards sur ceux qui me sont le plus cher, à commencer par son conjoint

Le christianisme va marier la chasteté avec les vertus que nous appelons théologales. FEC

·       Avoir une vie de foi chaste

·       Vivre des amours et des amitiés chastes

·       Vivre l’espérance aussi dans la chasteté

La chasteté « christianisée » consiste à vivre ses relations humaines et donc affectives sous la mouvance de sa relation à Dieu : unifier sa vie morale (nos relations horizontales) et sa vie théologale (notre relation verticale avec le Sacré), unifier sa vie morale et sa vie spirituelle. C’est inscrire sa vie dans la Croix du Christ. Dans le sens : 1 Vivre une vie saine avec Dieu pour 2 : vivre une vie ajustée à cette sainteté de Dieu, avec les autres. Et notamment pour la chasteté : dans ma vie affective. La chasteté de vie avec son épouse facilite, encourage, promeut une chasteté de vie avec ses enfants.

1.    La chasteté n’est pas réductible à l’abstinence. La chasteté c’est tenir sa juste place, dans le relationnel familial d’abord. St Joseph est un homme chaste parce que dans tout ce qu’on sait de lui, il a tenu sa « juste » place. C’est même le premier qualificatif donné à Joseph : « Joseph était un homme juste » Il l’a été dans sa vie d’artisan, de fiancé, d’époux et de père. Ca veut dire qu’il a eu une belle vie spirituelle, une belle relation à sa foi juive et que sa fiancée le sait puisqu’ils s’aiment. La chasteté de st Joseph n’a pas commencé avec la rencontre de Marie, elle datait d’avant. Elle existait dans sa vie sociale et professionnelle : on dirait aujourd’hui qu’il avait « une bonne posture ». Recevoir st Joseph comme référent spirituel, c’est choisir de tenir une place ajustée et permettre aux autres de tenir la leur : dans le monde du travail, ses amitiés, auprès des amies de votre femme, dans votre rapport au monde numérique… Le périmètre de la chasteté est vaste ! Marier la vertu de chasteté avec les vertus théologales, c’est donc vivre une chasteté humaine sous le regard et le dynamisme de la Sainte Trinité

2.    Joseph n’a pas vécu la fécondité charnelle, il a accepté sans le contester d’être l’heureux instrument et signe d’une autre paternité : celle de Dieu. Pourquoi accepte-t-il cela ? Parce qu’il est « juste », comme on a dit d’Abraham qu’il était juste : « espérant contre toute espérance, il crût » (Hb) : Comme Abraham, il a vécu la même épreuve d’avoir à sacrifier sa paternité. Abraham ce sera après avoir exercé sa paternité biologique. Joseph : avant. Ceci peut nous faire comprendre que la fécondité charnelle n’est pas suffisante pour faire un père : être père ce n’est pas seulement faire un enfant ! C’est faire grandir l’enfant. Et le faire grandir sous le regard de Dieu. Votre paternité à vous, votre parentalité est mise sous (soumise) cette autre paternité dans laquelle nous trouvons tous notre origine : la paternité divine. Par ex, quand vous avez fait baptiser vos enfants, vous avez fait un vrai acte de chasteté en reconnaissant que votre enfant n’est pas d’abord votre enfant. Le baptême nous rappelle que les liens de la chair ne sont pas les plus fondamentaux. Ils doivent être irrigués par ces liens de l’adoption filiale parce que tout homme est l’enfant adoptif de Dieu. C’est d’ailleurs ce que vous apprendrez dans le temps en acceptant un 2ème acte de chasteté vis-à-vis de votre enfant : le laisser partir avec une autre personne du sexe opposé : Mt 19 « l’homme quittera son père et sa mère et… »

3.    Un autre aspect impressionnant de la chasteté de Joseph, c’est son silence. Zéro parole dans les Evangiles, et zéro écrit de lui : Ce n’est pas qu’il était muet ou boudeur, c’est juste qu’il vivait avec discrétion, à côté d’une autre personne toute aussi discrète. L’un et l’autre maitrisaient leurs paroles. Maitriser sa parole est un autre signe de chasteté. A l’heure d’internet, c’est pour nous un vrai baromètre de la maitrise de soi. Joseph, c’est l’homme du silence devant son enfant, Parole de Dieu, incarnée ! C’est le compagnon d’intériorité à côté de sa femme « qui conserve tout en son cœur ». Joseph s’efface pour que son fils fasse surface ! Que les regards des gens se concentrent sur Jésus. C’est une sorte de Jean Baptiste ! Il diminue pour que son Fils croisse !

4.    Joseph a aussi un « master en chasteté » dans sa manière de gérer son trouble. Et quel trouble ! Lire Mt 1, 18-19 Dieu est venu dans sa vie (comme pour Marie, d’ailleurs) quand Lui, Dieu, l’a désiré mais pas du tout comme lui, Joseph s’y attendait. Sa chasteté est dans cette manière dont il va choisir de prendre du recul par rapport à ce qu’il apprend : Si les réseaux sociaux avaient existé, il n’aurait pas posté la nouvelle : sa chasteté lui a permis de préserver la renommée et la dignité de sa femme. Dans notre monde numérique nous avons besoin de cette chasteté car la colère ou la pression des évènements nous font sur-réagir et nous défouler de manière pas franchement responsable ! La blessure narcissique peut nous faire devenir grossiers et insultants. L’anonymat des RS nous fait devenir impudiques dans nos mots : Se consacrer à st Joseph, le juste, c’est aussi lui demander de ne pas vivre de manière pulsionnelle ni sa vie numérique, ni sa vie relationnelle

5.    Le mariage de la chasteté avec la foi de Joseph va donc sauver son couple qui commençait tout juste. Cela va lui permettre de remplir aussi sa mission éducative : avec sa femme, ils vont transmettre à leur fils leurs raisons de croire qui sont les mêmes que leurs raisons de vivre. Marie va lui apprendre à lire la Torah. Et lui, Joseph, va lui apprendre à vivre la Torah. Joseph remplit cette mission sous l’autorité de Dieu-Père. Joseph est un passeur. Le père est un passeur. Il est celui qui donne la loi, il est celui qui sait la rappeler, il est celui qui appelle à aller plus loin. C’est aussi celui qui fait tout cela avec amour : le père ne donne pas la loi comme un catalogue, même si c’est le Décalogue : il la donne comme un dialogue. St Joseph nous apprend dans sa vie juste et chaste qu’un père ne peut pas être totalement sceptique, un père ne peut pas transmettre ses doutes. Ce n’est pas digne de sa paternité. Il transmet ses raisons de croire en la vie et ses raisons de croire en Dieu pour ne pas être qu’un père géniteur, mais un père –repère : Il cherche à nouer ensemble, dans sa vie comme dans sa parole, raisons de croire et raisons de vivre. La mission d’un père (et d’une mère) n’est pas de donner la foi (car c’est Dieu qui la donne) mais de donner l’envie d’avoir la foi.

6.    Sa chasteté mariée avec sa foi va lui permettre encore de devenir l’homme obéissant et libre devant les évènements : aussitôt réveillé, il fait tout ce que l’ange lui a dit. Joseph est l’homme qui obéit à Dieu car il obéit à la Parole de Dieu. Lui, il avait un Ange. Nous, nous avons encore mieux avec l’Évangile ! Puis à Bethléem, quelques mois plus tard : 2ème obéissance : Il observe toutes les prescriptions de la Loi pour la circoncision de Jésus (Luc 2, 27 avec Syméon) Puis à nouveau à Bethléem ; Mt, 2, 13 : « prends l’enfant et sa mère ». Obéissance 3 et il part en Égypte. Puis encore un acte d’obéissance pour revenir d’Égypte, le 4ème : il retourne en Israël. Mt 2,19-23. Il apprend aussi à Jésus à être soumis à ses parents : Lc 2, 51 selon le commandement de Dieu « tu honoreras ton père et ta mère » Bref, Joseph c’est l’homme du OUI. Comme Marie. Comme son fils. La famille de Nazareth, c’est la famille du Triple OUI

7.    Joseph a encore su conjuguer ensemble chasteté et espérance ; car il a su voir toujours plus loin que les apparences : il a su discerner les signes de Dieu malgré les apparences contraires : premier signe : être père sans avoir de relation sexuelle avec Marie : cela n’est possible que s’il est sûr que c’est bien l’ange de Dieu qui le visite ; il croit en sa parole par laquelle l’ange l’appelle « fils du roi David ». Comme si c’était la raison pour laquelle l’ange le visitait. Or, à son époque, le trône de David est occupé par un tyran, Hérode ! Joseph est dépassé par ce qui lui arrive mais il dépasse toutes ses hésitations. Il n’est pas l’homme de la naïveté, il est l’homme de l’espérance. Il n’est pas l’homme de l’ombre, il est l’homme de la Nuée, au sens biblique : l’homme qui vit dans l’Esprit

8.    Cette acceptation chaste de st Joseph vient de son amour inconditionnel et modeste pour Dieu : car la foi et l’amour sont indissociables ; la foi crée de l’amour. L’amour crée de la foi, de la confiance. Dieu nous donne la foi pour qu’on vive dans son Amour : Il y a bien qqc de cruciforme dans l’amour de st Joseph : vertical (pour Dieu), et horizontal dans son amour pour ses 2 trésors qui sont les 2 trésors que Dieu lui a confié : « la mère et l’enfant ».

D’abord la mère, sa femme : Mt 1, 24 : « Il prit chez lui sa femme ».  Aujourd’hui on dirait qu’il a pris soin de sa conjugalité : en refusant de bannir Marie.  Il vous appelle, vous les pères de famille à prendre soin de votre conjugalité pour réussir votre parentalité.

Puis, une fois que l’enfant est né : on a entendu ce refrain : « la mère et l’enfant » : les mages voient l’enfant et Marie (Mt 2,11), puis (2,13) pour le départ en Égypte. Et pour le voyage retour : 2, 20 : Le petit Joseph, l’humble Joseph, le silencieux Joseph est en fait bien plus fort que celui qui, dans son orgueil, a usurpé le trône du roi David : Hérode ! « vous serez vraiment grands…. »

La chasteté n’est pas réservée à un état de vie, c’est une tâche à accomplir quel que soit son état de vie, c’est une mission, un choix à faire, une décision cohérente à prendre. Puisse l’acte de consécration que vous allez maintenant prononcer être à la source de cette conversion à laquelle Dieu vous appelle !

Mgr Marsset - 20 mars 2021

Répondre à () :


Captcha

Newsletter

Ne ratez aucune actualité !

Abonnez-vous à notre newsletter via ce formulaire.

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription